J'ai visité une exposition photo sur le féminisme à la galerie des bibliothèque (à Paris),
j'en suis sortie bouleversée, ce n'est pas tout les jours qu'on se rend compte à quel point les femmes se sont battues pour avoir le droit d'être considérées comme des êtres humains, que c'est une longue lignée de femme, qui n'ont pas hésité à se défendre à lutter contre l'oppression du patriarcat.

Elles l'ont fait avec leur moyen, du mieux qu'elles ont pu, souvent isolé, toujours insulté, dénigré (il y'a une caricature de "l'assiette au beurre" [journal anarchiste] parlante: on voit des femmes vieilles, sèches, enlaidit qui se réjouisse d'être rester chaste fasse aux vilains zhoms qui ne pense qu'à les baiser,... oui ce n'est pas nouveau du tout ce genre de préjugé, nos bitards actuelles, ne sont pas originaux ils ne reprennent que de vieux stéréotypes éculés et arriérés profondément misogyne et révoltants vieux de plusieurs millénaires d'oppression).

Elles ont fait ce qu'elles ont pu, en tentant de se battre contre ce qu'il leur paraissait le plus injuste, et ça indifféremment de leur statuts social, de leur conditions dans la société,
et que se soit des "radicales" comme Madeleine Pelletier qui se battait déjà contre le "genre" (et oui ça existait déjà au 19éme ce débat n'est pas nouveau) ou les Delafoys, les Hélène Boucher qui ont eu des vies "d'hommes" sans être féministes pour autant, et qui ont quelque part contribuer à l'émancipation féminine; sans oublier les intellectuelles/artistes comme les Georges Sand, Simone de Beauvoir, Colette, Benoîte Groult, Frida Kalho, Iréna Ionesco, Giséle Hanimi... et tant d'autre encore que j'en oublie les militantes tel les Hubertine Auclert, Marguerrite Durand... et toutes les autres anonymes parmi les anonymes ce qui ne les a pas empêché, de réclamer le droit de vote, le droit à la contraception libre et gratuite pour toutes, le droit de pouvoir porter pantalon ou jupe, l'égalité homme/femme, de dénoncer les horreurs de leur conditions de femmes, de dire qu'on devrait avoir le droit d'aimer les hommes ou les femmes sans jugement de valeur et sans pression, le droit à l'ivg, de s'unir, de révéler une parole qui a tellement du mal à se faire entendre (et surtout mal à se faire comprendre) dans une société d'homme, de se réunir, de militer, de chanter, de manifester, et de montrer qu'elles existent.

Je ne sais pas comment dire mais voir toutes ces femmes là heureuses, fières, sûre de leur choix, de leur décision, qui ont tellement été décrié (et qui continue à être décrié) et qui pourtant ont continué, et se sont obstinées à réclamer tout ça...

Bah moi ça me fait bizarre, j'ai envie de les voir en vrai, pour leur remercier de tout ce qu'elles ont fait, écrit, dit, pensé, crée, pour toutes leur luttes, ...  ce qu'elles m'ont permis d'avoir; se sont mes aïeules, mes sœurs, mes mères, mes tantes, des amies, merci à toutes.

Je ne sais pas comment vous rendre la pareille, comment vous rendre hommage, si ce n'est en continuant, en reprenant votre flambeau continuer à en être fière.

Et je continue le combat que vous avez commencé, je ne m'arrêterais que lorsque l'oppression n'existeras plus, tant qu'une seule femme seras discriminé parce que c'est une femme je continuerais.
Quand bien même on m'insulterais, me blesserais, m'injurierais, me caricaturais,... je le ferrait pour moi, pour vous, pour toutes celles qui me suivront.